Field service management

L’approche prédictive, la future norme en matière de maintenance

Pour gagner en efficacité, les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à privilégier l’approche prédictive pour la maintenance de leur outil de production. Selon une récente étude, cette méthode pourrait même devenir la norme d’ici 10 ans. L’essor des logiciels dédiés devrait accélérer cette tendance.

Les avantages de la maintenance prédictive

La maintenance prédictive consiste pour les entreprises à exploiter les données pour anticiper les anomalies sur leurs machines. Leur objectif est d’éviter ou au moins de limiter les arrêts de production, inévitables si elles n’agissent qu’en cas de panne.

Non seulement leur appareil de production est plus efficace, mais elles réduisent les coûts de réparation et les pénalités dues à l’immobilisation temporaire de la chaine. Or, ce sont des avantages majeurs dans un contexte de forte concurrence.

Pour surveiller chaque équipement en permanence et identifier immédiatement les potentiels dysfonctionnements, les entreprises se dotent d’outils dédiés. Des capteurs placés sur les machines mesurent différents paramètres et les transmettent en temps réel à un logiciel qui les analyse et lance une alerte en cas de problème. La température, la vitesse de rotation, etc. font partie de ces indicateurs qui doivent inciter les équipes à lancer une opération de maintenance de manière proactive.

Une démarche bien engagée malgré les difficultés

Selon un sondage de Reichelt elektronik, un des leaders européens sur le secteur de l’électronique en ligne, 43 % des entreprises ont déjà intégré les technologies de maintenance prédictive à leurs processus et installations industriels. 41 % ont cependant été contraintes à une refonte intégrale de leur parc afin d’ajouter les capteurs et l’IA. Enfin, 16 % ont dû réactualiser leur solution de maintenance afin de s’adapter à la modernisation de leur parc.

Outre la minimisation des pertes de productions et des interruptions d’activité, les dirigeants visent un gain de temps pour leurs équipes et une meilleure visibilité de leur maintenance. Enfin, les organisations cherchent à s’affranchir du remplacement systématique de composants à une fréquence prédéfinie, comme l’impose la maintenance préventive. Avec une démarche prédictive, elles s’épargnent les dépenses générées par des interventions inutiles (main-d’œuvre et pièces de rechange).

Bien que conscientes de l’importance de passer à la maintenance prédictive, les entreprises déplorent la difficulté à trouver le meilleur outil parmi une offre large. D’autres se heurtent au frein budgétaire, la crise ayant affecté leur chiffre d’affaires et par extension, leurs possibilités d’investissement.

En dépit de ces obstacles, les organisations qui n’ont pas encore intégré ces technologies prévoient de franchir le pas dans les prochains mois ou au plus tard en 2022. Car depuis le début de la crise, leur transformation numérique est plus importante que jamais pour rester compétitives. Si toutes tiennent leurs engagements dans les prochaines années, la maintenance prédictive devrait s’imposer comme la norme dans une décennie.